Qu'est-ce qu'un défibrillateur ?

Défibrillation : définition et principe

Les défibrillateurs sont devenus des outils indispensables pour tous les professionnels de santé. Découvrez à quoi sert le défibrillateur et comment la défibrillation permet de remédier aux contractures désordonnées du cœur, un phénomène également appelé fibrillation.

Activité électrique du cœur

Le cœur est un organe musculaire creux, qui constitue l’élément moteur central de la circulation sanguine.

Cet organe peut être séparé en deux cavités indépendantes, le cœur droit qui reçoit le sang désoxygéné et le cœur gauche qui reçoit le sang saturé en oxygène. Ces deux cavités sont composées de deux parties chacune, les atriums (ou oreillettes) situés en position crâniale (vers la tête) et les ventricules en position caudale (vers les pieds).

Certaines cellules du tissu cardiaque, présentent un automatisme électrique dit « dépolarisant » c’est-à-dire que les cellules changeront automatiquement de signe électrochimique. Cette modification électrique se transmet de proche en proche (cellules) et crée un flux électrique. Ce flux de dépolarisation débute dans une zone appelée le nœud sinusal située dans la paroi interne de l’atrium droit.

Quand le cœur dysfonctionne : la fibrillation cardiaque

Il existe de nombreuses anomalies au bon fonctionnement de cette propagation, les plus connues d’entres elles sont la fibrillation ventriculaire et auriculaire. La fibrillation ventriculaire se définit comme étant des contractures désordonnées du muscle cardiaque par désynchronisation entre les différentes cavités du cœur.

La fibrillation est facilement identifiable sur un électrocardiogramme, comme on peut le constater sur ces deux images issues du site www.e-cardiogram.com du cardiologue Pierre Taboulet.

ECG d'une personne normal sans fibrillationECG d'une personne atteinte de fibrillation ventriculaire

Lorsque le cœur est en fibrillation ventriculaire le sang ne peut plus circuler vers les organes vitaux, il est donc vital d’effectuer une réanimation cardiopulmonaire (chaque minute, la victime perd 10% de chance de survie). Il est donc nécessaire de recourir à une défibrillation.

Lire aussi -  Canicule : pensez également aux gestes qui sauvent !

Administration d’un choc électrique avec un défibrillateur

La défibrillation désigne l’acte médical qui consiste à administrer une dose bien définie de courant électrique dans le cœur d’un patient afin de faire cesser son trouble cardiaque. Cependant cette technique médicale peut comporter beaucoup de risques pour les cellules environnantes du cœur. L’administration de ce courant doit être faite pendant une période, appelée chronaxie, qui dure entre 2 et 6 secondes. C’est la période optimale pendant laquelle les cellules reçoivent le plus d’influx électrique en consommant le moins d’énergie possible. L’excès d’énergie pourrait être délétère pour les cellules myocardiques.

Lors de la défibrillation il  faut placer deux électrodes au niveau du thorax, une sous l’épaule droite et l’autre 5 cm en dessous de l’aisselle gauche. Il est souhaitable de maintenir une distance d’au moins 10 cm entre les deux électrodes. Si la pose a été correctement réalisée, le cœur doit être sur le passage du flux électrique.

Suite à cela, le défibrillateur automatisé déchargera le choc ou vous indiquera de le faire (défibrillateur semi-automatique). Attention, il est impératif pour votre sécurité de vous écarter de la victime lors de la délivrance du choc !

En résumé, la fibrillation cause plusieurs dizaines de milliers de morts  par an, soit 10 fois plus que sur les routes de France. Sans défibrillateur le taux de survie est estimé à  moins de 2% et cause 10% des décès en France par an. Avec l’intervention d’un défibrillateur et une réanimation cardiopulmonaire le taux de survie peut monter jusqu’à 30%. Ce dispositif médical est donc un enjeu de santé public primordial dont il est nécessaire de connaître les bases avant d’être confronté à son usage.