Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail, où en est la France ?

Comme chaque année, le 28 avril est la journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail. Si l’accent est mis sur le travail des enfants avec « Génération Sécurité & Santé », l’objectif principal de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) est toujours la prévention concernant la sécurité sur le lieu de travail et le maintien en bonne santé de tous les travailleurs.

 

Les chiffres restent préoccupants. En 2014, la France tient le premier rang du classement au niveau européen : 589 salariés trouvaient la mort dans le cadre de leur travail. La même année, on dénombrait 724 662 accidents de travail nécessitant au moins 4 jours d’arrêt(1) ! Ces chiffres sont bien sûr à mettre en perspective avec les 25,8 millions d’actifs ayant un emploi (Chiffre INSEE). Les secteurs les plus touchés sont, sans surprise, le BTP, la métallurgie et la chimie, les transports.

 

Quelles sont les obligations des entreprises ?

En France, il y aurait 2 à 2,5 millions personnes Sauveteur Secouriste du Travail (SST). L’employeur a en effet le devoir de prévoir, sous l’égide du médecin du travail, un dispositif permettant de dispenser les premiers soins d’urgence aux salariés accidentés ou malades.

Concrètement, l’entreprise est tenue de :

  • mettre en place une procédure à appliquer en cas d’urgence, en attendant l’arrivée des secours ;
  • équiper ses locaux avec du matériel de premiers secours, accessible et conforme aux types de risques touchant l’activité ;
  • s’assurer d’avoir au moins un salarié formé SST, dans les ateliers où sont effectuées des tâches dangereuses et dans les chantiers mobilisant plus de 20 personnes pendant plus de 15 jours et impliquant la réalisation de travaux dangereux.

Dans la pratique, il est recommandé de ne pas se limiter aux obligations légales et de prévoir des SST au sein du personnel en fonction du nombre de salariés et répartis proportionnellement dans les divers locaux afin de pouvoir intervenir efficacement en cas d’accident.

(1) http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Accidents_at_work_statistics/fr